Je me souviens de ce vendeur anglais de Powell Books à Portland, Or. qui nous disait : "Ici, on est toujours un consommateur, quelque soit le sujet, quelque soit le moment, quelque soient les circonstances...", ce qui pourrait être une bonne définition du 'soft power' étatsunien. Mais il y a aussi cette sensation d'une énorme, constante et omniprésente auto-satisfaction, révélatrice d'un non moins énorme, constant et omniprésent complexe de supériorité. En fait, ces trois caractéristiques mises bout à bout sont une bonne description de la 'civilisation' des USA : des consommateurs avant tout, persuadés de leur supériorité, et très contents d'eux-mêmes.
A part ça..., il en est bien sur qui échappent à cette définition, en particulier TOUS nos amis, de la côte ouest à la côte est, sans exception ! Nous avons pu le vérifier constamment pendant cette dizaine de jours passés aux USA. Quelle chance nous avons !
Ainsi ce matin, nous voulions filer à Boston pour laisser leur journée libre à Steve et Christine, à  quelques jours de leur déménagement... Eh bien, non, pas possible : nous avons pris un Uber de l'hôtel à chez eux, puis Steve a insisté pour nous amener à la gare de Swampscot, d'où nous avons pris le train pour Boston (20'). Sortis de North Station, nous avons suivi la Freedom Trail à travers le Boston historique pendant un peu plus d'une heure, comme nous l'avions déjà fait avec les enfants en 1989, mais seulement jusqu'au Irish Famine Memorial. Puis nous avons appris que Steve et Chris nous attendaient au MFA, le Musée des Beaux Arts de Boston, d'où, après lunch et visite, ils comptent bien nous emmener jusqu'à Logan, l'aéroport de Boston... Rien à faire pour les laisser tranquilles, ils ne sont décidément PAS comme ces faux amis qui, tels les parapluies, ne sont jamais là quand on a besoin d'eux !
Nous avons donc marché près de 2 heures, dans le froid (6°, mais sans pluie), à travers Boston Common, beau parc central, puis le long de l'Avenue Foch d'ici, Commonwealth Avenue, suivie du Faubourg St Germain, Newbury Street, avant d'arriver à The Fens et l'entrée du Musée.
Ce MFA, où Steve et Chris sont abonnés, est superbe, un musée comme on les aime, comme on voudrait que soient tous les musées : aérés, animés, vivants. Ils nous emmènent voir leurs salles préférées, American art pour Steve (notamment les pré-impressionnistes Copley et Sargent, aux magnifiques drapés et visages si expressifs et réalistes), Monet pour la francophile/one Christine ; mais il y a aussi une belle expo d'art africain, et un magnifique 'sapin' en verre de Chihuly ; et tant d'autres belles choses. En fait, il exprime bien ce qu'est Boston : histoire, intellect, distinction,... bref la Nouvelle Angleterre comme on l'aime ! On est loin de la définition standard que j'ai esquissée plus haut !

Et nous voilà à 8h50 à bord de notre premier vol Norwegian, encore un Dreamliner mais aux 3/4... vide ! Dans 5h45 nous serons à Gatwick, la banlieue quoi.

Pas grand chose à se mettre 'à l'oeil' en matière de films, à part peut-être A l'est d'Eden (pour revoir le mythique James Dean) ou Toy Story 4 (pour en parler avec les petits)... Alors allons-y pour un petit somme, et...

A demain