Et voilà... c'est fini ! 60 jours d'absence, 52 000 km parcourus, 14 avions, 3 voitures et 3 bateaux plus tard, nous voici arrivés au bout de notre dernier (au sens d'ultime... ou de 'juste effectué' ?) voyage au long cours : le Tour du Monde des Amis Lointains.
Encore un peu tôt pour tirer des conclusions, émettre des opinions, formuler des jugements. Ça viendra plus tard, peut-être à l'occasion de soirées de 'retour' ? Mais, dores et déjà, quelques impressions et émotions :
-  la folie mégalomaniaque des pétrodollars à Dubaï, où, du haut de son quasi-kilomètre, El Burj Khalifa domine une 'ville' totalement artificielle et en grande partie sans âme ;
- le contraste démesuré entre la cohue du bazar de Delhi et la maîtrise scientifique mise en évidence lors du lancement de la deuxième sonde lunaire ;
- les feux de brousse australiens sur la route de la Gold Coast, qui nous avaient un peu inquiétés avant notre départ mais que nous avons eu la chance de ne jamais croiser sur notre route, même si leurs fumées ont atteint le Chili et d'Argentine...
- l'exquise philosophie de vie néo-zélandaise, faite de bonne humeur, courtoisie et serviabilité, mais aussi de stoïcisme devant les excès imprévisibles et meurtriers d'une nature pourtant si extraordinairement belle ;
- la tension presque perceptible entre les communautés kanak et caldoche à 9 mois du deuxième référendum sur l'avenir de la Nouvelle Calédonie ;
- la douceur de vivre à Tahiti, non seulement dans la jolie nature des îles mais aussi dans la gentillesse des habitants et de leur façon de parler ;
- l'ambiguïté étatsunienne entre leurs excès en tous genres (énormités dans leurs façons d'être, de parler, de s'alimenter...) et leur esprit positif, réaliste et pragmatique qui les rend si attrayants...
Plus généralement, deux interrogations, ou plutôt deux sources d'émerveillement, venant toutes deux de notre toute récente prise de conscience de l'énormité de l'Océan Pacifique et de la 'parenté' souvent très évidente entre ses différentes populations :
- comment comprendre pourquoi, et comment, il y a des centaines voire des milliers d'années, des hommes sont partis en canoë à travers le Pacifique, pour des milliers de kilomètres, et donc des centaines de jours, sans instruments, sans outils en métal, sans véritable abri contre les éléments ???
- comment, aujourd'hui, parvient-on à maintenir la cohésion, sans parler d'un certain sentiment d'appartenance communautaire, entre les 300 000 habitants des 80 îles habitées sur les 120 que compte la Polynésie française ???
Mais au delà de ces rapides impressions géographico-politiques, que dire de la joie que nous avons eue à revoir nos amis lointains et de l'extrême soin qu'ils ont tous mis à nous offrir leur accueil, leur attention et leur disponibilité ! Quels merveilleux amis, et nous voulons ici les re-nommer tous, pour leur exprimer tous nos plus sincères remerciements :
- Christian et Renata DESSALLIEN (Delhi)
- Philippe et Denis CASSAGNE (Australia)
- Owen & Mary BUCKINGHAM (New Zealand)
- Mike & Shireen DREW (New Zealand)
- Isabelle ROUBALLAY (Nouvelle Calédonie)
- Béatrice et Alain VALLEYE (Nouvelle Calédonie)
- Véronique DECLERCK-CHAVEROCHE (Tahiti)
- Cédric et Caroline CHAVEROCHE (Tahiti)
- Teiki et Jeanne CHAVEROCHE (Tahiti)
- Jonathan & Lori RAWSON (USA, Oregon)
- David & Sandy RAWSON (USA, Oregon)
- Jim (& Kristi) MOORE (USA, Washington)
- Greg & Caroline SAMPLE (USA, Maine)
- Steve & Christine (& Nora) KROM (USA, Massachusetts)

Sans oublier bien sur ceux de nos super amis tarbais venus nous accueillir à l'aéroport de Tarbes cet après-midi, avec, outre leurs masques anti coronavirus ou autre (!), qui des fleurs, qui un vase, qui une superbe pancarte de bienvenue en 8 langues (!!), qui une soupe de légumes, qui une bouteille de cidre cachetée, qui un savoureux far breton (!!!) :
- Jean-Pierre et Françoise JACQUELIN
- Bruno et Isabelle MORIN
- René et Danielle TEIXIDO
+ Isabelle ROZE (empêchée)

A vous tous, du fond du cœur, un ENORME MERCI !
Et non plus 'A demain', mais bien...
F I N